73% des acheteurs rencontrent des difficultés à trouver le logement idéal

Publié le

Achat immobilier : les Français freinés par un marché tendu

La volonté de concrétiser un projet d’achat se maintient en ce début d’année : 69 % des candidats à l’accession immobilière considèrent que c'est le bon moment d'acheter.

Cet enthousiasme est notamment porté par le fait que la grande majorité de ces futurs acheteurs (79 %) jugent les taux d’intérêts des prêts immobiliers attractifs, déclenchant des envies d’achat toujours nombreuses. Pourtant, la pression sur les acheteurs s'accentue de plus en plus.

Selon une étude, il existe aujourd’hui 1,5 acheteur pour 1 vendeur. Ainsi, 56 % des futurs acquéreurs considèrent que, dans leur zone de recherche, il y a plus d'acheteurs que de biens à vendre (contre 47 % en octobre 2018).

La pénurie de biens devient même une préoccupation croissante : 73 % sont freinés par des difficultés à trouver un bien qui corresponde à leurs attentes (contre 67 % un an plus tôt). Face à ce ressenti, 82 % des porteurs de projet sont disposés à faire des concessions (contre 73 % en janvier 2018).

Des « sacrifices » qui concernent surtout la surface du bien (44 %, soit 4 points de plus qu’en janvier 2018) et la localisation (30 %, soit 8 points de plus qu’un an plus tôt).

 

Les acheteurs franciliens ressentent davantage la pression du marché

La pression du marché immobilier est davantage ressentie en Île-de-France, qui concentre un quart des acheteurs immobiliers français, pour seulement un cinquième des vendeurs. Ainsi, les Franciliens sont 66 % à considérer que, dans leur zone de recherche, il y a plus d'acheteurs que de biens à vendre.

Près de 6 futurs acheteurs franciliens sur 10 (56 %) considèrent également que l’achat d’un logement est un processus difficile (contre 52 % pour l'ensemble des acheteurs), et ce notamment en raison de la pénurie de biens.

Dans la perception des Franciliens, le choix des biens est plus limité (65 % contre 62 % pour l'ensemble des acheteurs) et les biens qui correspondent à leurs attentes partent trop vite (29 % contre 26% pour l'ensemble des acheteurs).

En ce qui concernent les prix de vente des logements, 65 % des porteurs de projets franciliens les jugent irréalistes (contre 58% pour l'ensemble des acheteurs). Un ressenti tout à fait logique quand on sait que les prix moyens dépassent désormais les 10 000€ du m² dans la capitale, et que les prix deviennent également très élevés dans de nombreuses communes du Grand Paris.

Nous contacter

Un conseiller répond à vos questions : 04 68 67 33 71